04 mai 2017

Fiat 500 Forever Young : après Turin et Londres, la Fiat 500 fait escale à Paris

 

  • Le troisième épisode de la web-série dédiée à l'iconique Fiat 500 qui fête cette année ses 60 ans d'histoire et de succès est maintenant disponible sur www.500foreveryoung.fiatpress.com

  • Le voyage virtuel arrive dans le Paris cosmopolite de la fin des années 70, début des années 80, avec de somptueuses archives de photos, de films et de documents d'époque.

  • Ce fascinant voyage multimédia fait partie d'un large plan de communication célébrant le long chemin qui a fait de la Fiat 500 une icône mondiale avec près de 6 millions de ventes.

 

Après le bureau de Dante Giacosa à Turin et Piccadilly Circus à Londres, le « 500 Forever Young » poursuit son voyage média et arrive dans un Paris cosmopolite et élégant - celui de la fin des années 70, début des années 80 - quand la capitale française vivait une seconde jeunesse au lendemain de la révolution étudiante de 1968.

 

Même si les jeunes avaient cessé de manifester dans les rues pour demander plus de liberté, une autre révolution marquante de l'époque se propage, sans trop de bruit, dans les villes européennes : la révolution du « petit ».

 

Pour la technologie, le défi était de réduire les tailles et de rendre tout transportable, personnel et toujours à portée de main. Les « grandes petites » choses du quotidien sont celles que nous découvrons tous les jours. Loin d'être banales, toujours indispensables, elles font partie de notre existence et remplissent notre vie, jour après jour, encore plus que les grands événements.

 

Tout comme la « piccola grande » Fiat 500 qui, pendant soixante ans a prouvé au monde entier qu'une voiture compacte peut devenir une icône intemporelle. Par ailleurs, certains objets qui portent l'empreinte de la créativité de l'industrie automobile italienne, tels que la 500 ou la Vespa, ne peuvent pas être appréciés à la seule aune de leur apparence.

 

Ils ne représentent pas non plus uniquement un exercice d'ingénieur qui assujettit la forme à la fonction. Ce sont des exemples d'une alchimie puissante entre une conception et un design révolutionnaire qui change complètement les règles du jeu. Lorsque cela se produit, des chefs-d'œuvre de l'histoire industrielle sont créés. Et la Fiat 500 est l'un d'entre eux.

 

La web série dédiée au 60ème anniversaire de la Fiat 500, l'icône fidèle à elle-même et indémodable, se poursuit ainsi dans le cadre d'un plan de communication plus large décliné sur Internet, à la radio et à la télévision. Il comportera un grand nombre d'initiatives, dont un tour des plus belles places d'Europe, où seront présents les fans et les collectionneurs des modèles de Fiat 500 d'hier et d'aujourd'hui. Le « 500 Forever Young Tour » a commencé en Italie le mois dernier et vient maintenant en France avec des événements spéciaux qui associent produit, histoire, arts et style de vie.

 

Vous pouvez vivre les mêmes émotions grâce au voyage virtuel « 500 Forever  Young », qui en est maintenant à sa troisième étape, celle du Paris de la fin des années soixante-dix / début des années quatre-vingt, lorsque la « piccola grande » voiture est de plus en plus populaire, même si elle n'est plus produite.

 

C'est peut-être grâce à sa forme attrayante, arrondie, qui séduit instantanément, ou bien grâce à son regard effronté et complice qui fait sourire les personnes qui doivent faire face au trafic urbain tous les jours, que la Fiat 500 a gagné une place spéciale dans le cœur des français, qui lui ont réservé le statut de voiture chic. On compte parmi ses nombreux acheteurs un grand nombre de femmes qui apprécient son côté pratique et sa personnalité à la fois décontractée et élégante, et surtout des jeunes. Le troisième lieu où se déroule la série web est d'ailleurs l'appartement d'un jeune homme vivant à Paris dans les années 70 - 80.

 

La page d'accueil de la « 500 Forever Young » contient une reproduction d'un appartement dans le XVIème arrondissement de Paris, décoré avec des objets et des meubles d'époque. Chacun d'entre eux est un hotpoint donnant accès aux textes, photographies et vidéos qui transmettent l'effervescence de cette période et qui racontent les nombreuses avancées technologiques qui ont changé nos vies.

 

Certains de ces objets symboliques sont placés sur la table basse : d'un Walkman à une console portable Nintendo Gameboy, d'une montre Swatch à des lunettes Persol, jusqu'au porte-clés d'une 500. Chacun d'entre eux transmet l'esprit dynamique de l'époque et, même si sa taille est petite, il représente une innovation substantielle. Tout comme la 500, une icône Pop qui n'a jamais pris une ride au fil des années et qui a continué à conquérir tous les amateurs de beauté et d'originalité. Mais ce n'est pas tout. La « piccola grande » 500 exprime la vraie tradition de Fiat : démocratiser l'accès au contenu et aux technologies non disponibles auparavant dans le segment des petites voitures.

 

Bien sûr, le rêve était permis grâce aux téléviseurs couleur qui sont progressivement devenus de plus en plus compacts et qui apparaissent dans d'autres pièces que dans le salon classique des années quatre-vingt. Ils s'étaient installés dans les cuisines, où les mamans regardaient Dallas ou Dynasty, ou dans les chambres des enfants où leurs jeunes propriétaires, les yeux rivés sur l'écran, regardaient Happy Days ou les vidéoclips des meilleurs groupes de l'époque, comme Duran Duran et Spandau Ballet. En cliquant sur le téléviseur qui apparaît sur le site, sous lequel se trouve l'immanquable magnétoscope, vous accédez à plusieurs vidéos des Archives Fiat filmées pendant cette période des années 70 - 80. Et près de la télé, il y a trois autres objets qui confirment le rôle central des petites choses dans nos vies : un livre racontant les aventures de l'ancien guerrier gaulois Astérix, un stylo à bille Bic, le premier objet « jetable » le plus largement utilisé et la machine à écrire Olivetti ET-101, avec un petit écran au-dessus du clavier permettant la correction des textes avant leur impression. La petite 500 est également incroyable car elle refuse d'être simplement un « moyen de transport » et s'impose comme une « véritable expérience émotionnelle ».

 

En d'autres termes, la 500 est un objet spécial, inextricablement lié aux amitiés, aux voyages aventureux et aux premières amours. C'est la raison pour laquelle notre appartement parisien arbore deux posters de l'époque : celui de l'équipe nationale française de football, qui a remporté le titre européen en 1984, et celui d'un film de 1981 montrant la très jeune Sophie Marceau. Quelques années plus tard, la même actrice a joué le rôle d'Ariane qui avait une Fiat 500 rose dans la comédie « De l'autre côté du lit » sortie en 2008. Bien évidemment, la Fiat 500 rose de 2008 était l'une des innombrables versions de la 500 originale, qui compte des dizaines de personnalisations et de séries spéciales. Même si elle est toujours restée fidèle à elle-même, au fil des années, la 500 a su « porter » des tenues différentes : c'est cela aussi le secret de sa jeunesse éternelle. La renommée de l'italien Enzo Maiorca et du français Jacques Mayol, deux icônes sportives dont la rivalité a inspiré Luc Besson pour son film de 1988 Le Grand Bleu, est également éternelle. La 500 de l'époque qui apparaît dans le film illustre parfaitement l'identité italienne de l'un des protagonistes.

 

Enfin, l'appartement « 500 Forever Young » de Paris est complété par deux fenêtres, l'une avec vue sur la magnifique Tour Eiffel, qui veille sur la capitale française romantique depuis 1889, et l'autre montrant la pyramide du Louvre, le plus célèbre musée du monde, modernisé grâce au travail exotique de l'architecte Leoh Ming Pei dans les années quatre-vingt. Après tout, il faut une personnalité forte et une solide réputation pour pouvoir changer sans avoir peur de perdre son identité.

 

dernières vidéos

recherche avancée

Recherche...

De
Pour
Recherche

Images


Download

Galeries


Documents joints